Actualités

Et si le combat McGregor / Mayweather était bien plus que ça ?

Post 1

Perspectives de Las Vegas

Les amateurs de sport - et a fortiori de sports de combat - n'auront pas pu passer à côté de cet événement mondial organisé par l’UFC (Ultimate Fighting Championship - instance faîtière du MMA) et opposant un combattant de MMA (le célèbre irlandais Conor « the Notorious » McGregor champion des poids légers et poids plumes) au boxeur invaincu en professionnel, vainqueur il y a deux ans du précédent « combat du siècle » contre le Philippin Manny Pacquiao (alias le non moins connu Floyd « Money » Mayweather).

Mayweather 1 / McGregor 0 - un combat perdu d'avance ?

Certains n'y voient qu'un combat avec un enjeu sportif intéressant. D'autres une mascarade de l'UFC à l'intérêt sportif discutable, consistant en une simple opposition entre deux combattants appartenant à deux disciplines distinctes et... au dénouement connu d’avance.

Certains commentateurs allant même jusqu'à parler de "non événement", le comparant à un match de football entre le PSG et une équipe de football de plage ou à une course entre une Formule 1 et une voiture de rallye…

Car, si les disciplines du MMA et de la boxe appartiennent à la même famille des sports de combat, elles se distinguent par la nature des techniques autorisées et les phases de combat (debout, corps à corps et au sol). Ainsi, la boxe n’autorise qu’une palette réduite de techniques permises au MMA et s’apparente donc à une discipline plus spécialisée.

Laissant planer la question de savoir si un combattant de MMA (Mixte Martial Arts), par nature généraliste, peut il rivaliser en dehors de l’octogone, entre les 4 cordes d'un ring de boxe face à un spécialiste des poings.

Les pronostics vont bon train, et les spécialistes n'ont pas longtemps hésité avant de donner pour favori le boxeur Mayweather. 

Sans pour autant affaiblir la ferveur des supporters qui, s’ils ne peuvent que leur reconnaitre une certaine lucidité, se passionnent pour cet événement inédit et la capacité d’un champion de MMA (qui plus est européen) à tenir tête à un champion de boxe qui évoluera dans sa discipline de prédilection.

 

MMA 1 / BOXE 1 - du gagnant - gagnant 

Quelle que soit l'issue finale du combat, et même en cas de défaite (prévisible) de McGregor, une chose est sûre : le MMA en sortira grandit.

D'abord parce qu'il pourra se vanter d'avoir organisé « Le » combat du siècle entre deux représentants phares des sports de combat : un pur produit made in UFC et un des meilleurs boxeurs au monde, qui aura accepté d'associer son image à celle de la machine à combats de l’UFC.

Pour finir de s’en convaincre il suffira de jeter un œil aux nombreuses retombées média qui, quel que soit l’avis porté sur ce « choc », le relaient à foison.

Ensuite, ce combat se démarquera d’un point de vue économique puisque, à en croire les diverses sources d'informations, ce dernier générera des retombées financières colossales estimées à plus d'un milliard de dollars (constituées par la billetterie avec des places allant de 500 à 10.000 $, des droits de diffusion (pay per view fixé à 89,99$ et cession des droits à l’étranger), les sponsors, les produits dérivés, etc...)

Soit un enjeu économique nettement plus important que celui du combat « record » organisé en mai 2015 entre le Philippin Manny Pacquiao et... Floyd Mayweather qui avait généré plus de 400 millions de dollars en recettes TV uniquement. 

Si les combattants ne seront pas en reste, leurs disciplines respectives bénéficieront également d'une mise en lumière sans précédent (même si, au final, c'est bien l’UFC – organisatrice du combat - qui raflera la mise).

Permettant ainsi d’assoir la médiatisation du MMA, voire même de conquérir un nouveau public. Quant à la boxe, en quête de médiatisation, elle bénéficiera, à n'en pas douter de cette sur-exposition et renforcera, en cas de victoire, son positionnement de discipline « incontournable » des sports de combat.

 

MMA 1 / Reste du monde - la conquête continue  

Mais l'analyse peut encore aller plus loin et être l'occasion de s’interroger sur la symbolique portée par ce combat. En effet, pour la première fois, le MMA, discipline assez largement controversée (du moins en France…), s'élargit. Elle invite dans son arène avec brio et élégance une discipline dans laquelle elle a non seulement puisé ses racines, mais aussi avec laquelle elle partage un historique étrangement similaire.

La boxe - comme le MMA - a été assimilée, à un siècle d’écart, à une discipline de "voyous", longtemps interdite, jugée comme contraires à la moralité, n’ayant rien d’un sport, et dont la pratique professionnelle a été refusée sur la base de sa mauvaise réputation, laissant craindre la prolifération de réseaux criminels et agissements illégaux (comme les paris illégaux, bookmakers véreux, etc.).

Un siècle plus tard, après avoir acquis ses lettres de noblesse, la boxe n'a plus rien à prouver. Elle s'est même hissée au rang de "noble art".

Le combat que nous propose l’UFC nous permet alors d’ouvrir une fenêtre dans le temps et de réaliser une projection de ce que pourrait bien être le MMA dans un siècle, à savoir une discipline fermement inscrite dans le domaine des sports de combat, victime, à ses débuts comme beaucoup d'autres sports de combat, de préjugés ainsi que d’un conservatisme stérile et dangereux.

Espérons simplement que, pour les amateurs de la discipline et l’avenir du sport, le MMA, qui nécessite un cadre juridique similaire à celui des autres sports de combats, n’ait pas besoin d’attendre un siècle pour que les pouvoirs publics en prennent conscience.

_______________

Tatiana VASSINE

Avocate Droit du Sport

 

 

 

Share this Post:
Tous droits réservés par RMS Avocats