L’exclusion des athlètes russes des JO – la validation du système des "poupées russes"

L’exclusion des athlètes russes des JO – la validation du système des "poupées russes"

A la suite du scandale de dopage organisée révélé par les média, l’IAAF avait décidé, après avoir procédé à ses propres investigations, de suspendre la Fédération russe d’athlétisme (ARAF) le 13 novembre 2015 (suspension confirmée le 26 novembre 2015 et le 17 juin 2016). Avec pour conséquence l’impossibilité pour les athlètes de participer aux JO conformément à la règles 22 1) du règlement des compétitions de l’IAAF.

Dopage : une substance interdite ne dope pas forcément les performances

Dopage : une substance interdite ne dope pas forcément les performances

L’affaire SHARAPOVA met en lumière une problématique récurrente dans le monde du dopage concernant l’influence de la substance interdite sur les performances d'un sportif. Le débat n’est pas nouveau puisqu’il se pose régulièrement vis-à-vis des cannabinoïdes, dont plusieurs experts s’accordent pour dire qu’ils ont au contraire un effet contre performant et ne devraient pas, dans certains sports au moins, être considérés comme des produits dopants.

La recevabilité des recours de l’Agence Mondiale Anti-dopage devant le juge administratif

La recevabilité des recours de l’Agence Mondiale Anti-dopage devant le juge administratif

Il s’agit là d’une première puisque, jusque récemment, cette association de droit privé suisse ne disposait pas de moyen d’action en droit interne, ce qui réduisait considérablement la portée du Code Mondial Antidopage (CMA), (I). L’harmonisation des règles antidopage consentie par la France au travers de la convention de l’UNESCO se dote donc d’une force plus contraignante, celle-ci étant désormais garantie en droit interne par un nouveau garde fou (II) tout en confiant, en tout état de cause, son contrôle au juge administratif (III).